Un salarié de France Telecom se poignarde en pleine réunion: "On lui a confirmé sa mutation hier"

Publié le par actu


Pourquoi cet employé de France Telecom de Pont-Sainte-Marie (Aube) s'est-il donné un coup de couteau à l'abdomen, ce mercredi matin, pendant la réunion de service?

"On ne connaît pas ses motivations" nous répond un porte-parole de France Telecom, ajoutant "on ne dit pas toutefois, que ce n'est pas lié à l'entreprise."

Rien ne permet d'affirmer, pour l'heure, que le geste désespéré de cet homme soit directement lié à son activité professionnelle.

Toutefois, les circonstances sont troublantes.

Ce "technicien d'unité d'intervention d'une cinquantaine d'années", comme nous le présente le porte-parole de sa boîte, s'est "volontairement blessé", selon le même porte-parole, quelques heures seulement après avoir eu confirmation de sa
mutation.

"On lui en avait parlé en juillet en entretien individuel, on lui a confirmé hier" poursuit le porte-parole de France Telecom sur Le Post.

Immédiatement secouru, cet employé a été rapidement hospitalisé et ses jours ne "seraient pas en danger" toujours selon le même porte-parole.

Le drame s'est passé en pleine réunion du matin, "devant une quinzaine de salariés choqués."

"Une cellule psychologique est en place" nous dit-on.

Le site France Telecom où un salarié a tenté de se suicider, ce matin, dans l'Aube.



Sur Le Post, un porte-parole de France Telecom répond:

Que s'est-il passé?
"Ce mercredi matin, avant 10h, pendant la réunion de service, un technicien d'unité d'intervention du centre France Telecom de
Pont-Sainte-Marie (Aube) s'est volontairement blessé devant une quinzaine de ses collègues. Le choc fut terrible. Il a été immédiatement hospitalisé."

Quelle arme a-t-il utilisé pour se blesser?
"Un coute
au genre couteau de cuisine."

Qu'il a pris sur son lieu de travail?
"Non. Il l'aurait emmené de chez lui."

Il aurait donc prémédité son geste?
"Il semble, en effet."

A-t-il tenté de mettre fin à ses jours?
"On ne sait pas et il est impossible de l'affirmer. On sait seulement qu'il s'est volontairement blessé."

Pourquoi a-t-il fait ça?
"Il nous est impossible de connaître les motivations du geste de cet employé."

Pensez-vous que ce geste de désespoir soit lié à France Telecom?
"C'est possible, mais rien ne nous permet de l'affirmer."

Pourquoi son geste serait-il lié à France Telecom?
"On ne peut pas faire abstraction du fait que cet homme a eu la confirmation de sa mutation hier et que les faits se sont produits ce matin."

En quoi consiste cette mutation?
"Ce salarié est technicien d'unité d'intervention, c'est-à-dire réparateur. Jusqu'ici, il a travaillé dans le secteur dédié aux entreprises, c'est-à-dire qu'il intervient directement dans des boîtes pour réparer, etc... France Telecom a un projet de développement des techniciens d'unité d'intervention sur le secteur grand public. Dans le cadre de ce projet, une présentation a été faite aux instances représentatives du personnel (syndicats ndlr) et aux équipes en juin dernier. 15 offres pour passer vers le secteur grand public ont été proposées aux salariés en interne. 4 se sont portés volontaires. Pour occuper les postes vacants, les 11 autres postes ont été proposés à des techniciens du secteur entreprises."

Proposés ou imposés?
"Imposés, en effet, dans une certaine mesure. Le code de la fonction pubilque permet d'imposer une certaine mobilité à un salarié, dans le respect de certaines règles. Dans ce cas précis, le salarié ne doit changer ni de ville ni de lieu de travail. Il ne lui est pas non plus demandé de changer de travail ni de compétences. Juste de lieu d'intervention."

Ce salarié a-t-il manifesté une angoisse particulière ou un refus d'être muté?
"Non. Ni ses collègues proches ni la médecine du travail n'ont rien remarqué de spécial avec lui ces derniers temps. Ni angoisse particulier, ni refus lié à cette mutation. Il ne présentait aucun problème particulier."

Comment expliquez-vous que votre entreprise soit particulièrement touchée par les suicides ou tentatives de suicides ces derniers mois?
"On ne l'explique pas. Toutefois, il est vrai que, ces derniers temps, l'entreprise est en pleine mutation et passe d'une administration à une multinationale, ce qui n'est pas sans changements. Nous ne pouvons pas non plus nier que certains de nos salariés le vivent plus ou moins bien. N'oublions pas aussi qu'un suicide ou une
tentative de suicide n'a jamais une seule cause. Pour finir, nous sommes 100.000 à France Telecom. Il y a donc plus de suicides chez nous que dans une entreprise plus petite."

France Telecom (photo d'illustration).

Publié dans actualité economique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article