Nouvelle vague de comédies romantiques à Deauville

Publié le par actu

Zooey Deschanel et Joseph Gordon-Levitt, dans 500 jours ensemble, sont les protagonistes d'une rupture orchestrée par Marc Webb.
Zooey Deschanel et Joseph Gordon-Levitt, dans 500 jours ensemble, sont les protagonistes d'une rupture orchestrée par Marc Webb.

Cette année, le Festival du film américain joue la carte de la romance revue et corrigée par de jeunes cinéastes.

«Chabada bada» : depuis Un homme et une femme, de Claude Lelouch (palme d'or à Cannes en 1966), qui se terminait sur la plage de la capitale normande, on sait que de grandes amours cinématographiques naissent à Deauville.

Cette année, dès la cérémonie d'ouverture, la romance fantastique de Robert Schwentke, Hors du temps (The Time Traveler's Wife) avec Eric Bana (La Chute du faucon noir, Munich) et Rachel McAdams (Married Life et bientôt Sherlock Holmes de Guy Ritchie), adaptée du best-seller de Audrey Niffenegger, a donné le ton. Comment se marier avec un homme atteint d'une étrange maladie, qui menace à chaque instant de le faire voyager dans le temps ? Paradoxes temporels, science-fiction et romantisme peuvent-ils faire bon ménage ?

Halte à «la mièvrerie répétée»

À travers le programme de Deauville, on découvre qu'Outre-atlantique, les cinéastes appliquent de nouvelles recettes pour s'affranchir des codes de la comédie romantique américaine. Terminés, les postulats et autres schémas préétablis qui veulent que les héros se rencontrent, se séduisent, vivent ensemble, se séparent, puis finissent par se marier et vivre heureux en ayant beaucoup d'enfants. Ce week-end, on a également pu s'en rendre compte lors de la première de Julie et Julia (avec Meryl Streep et Amy Adams), signé par la vé­térante Nora Ephron (scénariste de Quand Harry rencontre Sally, réalisatrice de Nuits blanches à Seattle). Cette comédie romantique bouscule les conventions en osant raconter deux histoires d'amour en parallèle, qui s'interpénètrent et se répondent à un demi-siècle d'intervalle. Une jeune femme d'aujourd'hui, Julie, tente sur son blog de réussir, en une année, les 254 recettes de cuisine contenues dans le célèbre livre de Julia Child, adoratrice de la gastronomie française dans les an­nées 1960 et 1970 aux États-Unis.

Autre tabou enfoncé par 500 jours ensemble, l'excellent premier film de Marc Webb, celui qui consiste à mettre en scène une romance dont le thème principal est une rupture. Aucune major américaine n'au­­rait osé financer un tel projet. Finalement, avec son scénariste Scott Neustadter, le réalisateur s'est amusé à tordre le coup à de nombreux lieux communs.

«Nous étions irrités par la mièvrerie répétée et le sentimentalisme de ces films, analyse Neustadter. Nous avons cherché une manière plus réaliste de raconter une romance d'aujourd'hui.» Le résultat est spectaculaire, mêlant joyeusement sarcasme, humour et émotion. Cette anatomie d'une histoire d'amour, qui emprunte beaucoup de ses références au cinéma français de la nouvelle vague, selon l'aveu même des auteurs, pourrait bien devenir, vingt ans après Quand Harry rencontre Sally, la comédie romantique de ré­férence pour la génération Facebook.

Publié dans actualité culturelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

laluz 08/09/2009 22:47

trop belle amy adams