L'interview du jour: Richard Gasquet

Publié le par actu

Tout peut repartir

Richard Gasquet
Richard Gasquet veut retrouver rapidement son meilleur niveau (DPPI)

Impuissant face à Rafael Nadal mercredi, Richard Gasquet mesure le chemin qu’il lui reste à parcourir pour retrouver son niveau. Mais le Français, qui n’avait plus joué en tournoi depuis avril en raison de sa suspension, reste confiant.



A New York

Richard, pouvez-vous résumer vos sensations sur cette rencontre de reprise après plusieurs mois d’arrêt ?
Richard Gasquet : Ce n’est pas évident de revenir, car je n’ai pas énormément de tennis derrière moi. Je manque de repères. Mon dernier tournoi remonte au mois d’Avril, à Rome !… Les deux derniers Grands Chelems, je les ai vus à la télé. Là, c’était injouable, vraiment très, très dur. J’essaye de faire le maximum, de retrouver des sensations. Semaine après semaine, ça ira mieux. C’est surtout un grand plaisir d’être à nouveau sur le circuit. Je me suis régalé sur le court même si le résultat n’est pas là et que «tennistiquement» ce n’est pas la folie. Je sais où j’en suis, ce que j’ai à travailler, par où je dois passer. Je dois m’entraîner énormément, faire des matches. Il n’y a aucune raison que ça ne revienne pas.

Quel a été le plus difficile aujourd’hui (mercredi) ? L’intensité des échanges ? Reprendre la compétition ? Affronter Rafael Nadal ?
Richard Gasquet :
Tout. Particulièrement le rythme des échanges. Et lorsque tu t’arrêtes trois mois, et vis, en plus, une histoire très difficile mentalement… Cela demande du temps pour revenir. Mais ce n’est pas non plus une excuse : dans les semaines à venir, je vais être, je l’espère, au-dessus de mon niveau d’aujourd’hui.

Avez-vous eu, justement, peur de ne pas être à la hauteur face à un tel adversaire ?
Richard Gasquet :
Je savais que ce serait un match délicat. J’ai très mal retourné. J’ai eu une histoire tellement différente du tennis… Il faut du temps. Mais je suis patient. J’ai très envie de m’entraîner, de rejouer : c’est le plus important. Retrouver un physique. Et rien ne remplace les matches, le terrain. J’étais heureux de jouer. C’est clair que je n’étais pas favori aujourd’hui contre lui, mais j’ai eu quelques sensations, des coups sont revenus. J’essaye de faire les choses petit à petit.

Avez-vous appris sur vous-même et sur les autres durant cette interruption ?
Richard Gasquet :
Je pense que j’ai quand même été très fort de survivre à un tel truc. Après, il y a toujours des «pour» et des «contre». Je me souviendrai des «pour», c’est toujours comme ça que ça se passe. Je sais où a été le soutien et je ne l’oublierai pas.

Dans combien de temps imaginez-vous revenir au top ? 6 mois ? 1 an ?
Richard Gasquet :
Pas 1 an, pas 6 mois. Ce sera avant. Mais on verra. Je ne me mets pas de pression particulière. Je pense pouvoir bien jouer sur les courts couverts. J’ai trois semaines pour m’entraîner avant Metz, donc je peux être à fond là-bas. Après, s’il y a un déclic lors d’un match, tout peut repartir.

Quel est votre programme sur la fin de la saison ?
Richard Gasquet : L’Open de Moselle (Metz), puis trois tournois en Asie : Kuala Lumpur, Tokyo, Shanghai.

Quelles sont vos ambitions ?
Richard Gasquet : Me faire plaisir ! Réaliser de grands matches. De beaux matches. Et tout simplement retrouver mon tennis. Sentir que je reviens là où j’étais, c’est-à-dire dans les 20 premiers mondiaux : c’était largement mon niveau.

Publié dans actualité sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article