FCR- Cannes : Rouen à la hauteur

Publié le par actu

 
Devant les Cannois, Najib Farsanne et les Rouennais ont fait mieux que figurer (photo T. Rousseau)

FOOTBALL. National, Rouen - Cannes 1-1 A l'occasion de la venue de Cannes, premier favori à venir à Diochon cette saison, le FC Rouen a partagé les points (1-1) et s'est surtout montré digne d'un National qu'il aspirait à retrouver après quatre années en CFA.

 

Ils espéraient être à la hauteur du favori cannois. Ils l'ont été. Largement même. Si les deux équipes se sont quittées hier soir sur un score de parité (1-1), les joueurs du FC Rouen auraient légitimement pu espérer prendre les trois points. Ce match, les Rouennais l'attendaient depuis tellement longtemps qu'ils ont mordu dedans. Si fort que les Cannois en ont d'abord été ébranlés.
Ils n'étaient pas loin d'ailleurs d'y parvenir dès les premières minutes. Jouan et Sorrentino, titularisé pour la première fois en soutien de Burel à la place de Jean-Marie David, rappelaient d'entrée de jeu leur complicité travaillée sous le maillot quevillais il y a deux saisons en combinant sur le côté gauche. Jouan profitait du travail de son partenaire pour trouver Farsanne à l'opposé dont le centre trouvait la tête de Burel qui servait Sorrentino en retrait. Sa reprise à l'entrée des 16 m trouvait malheureusement Di Bartoloméo (2e).
Première alerte pour les Azuréens. Pas la dernière. Dans la foulée Farsanne profitait d'une combinaison Ngosso-Badra pour filer le long de la ligne de touche côté droit et tenter de servir Burel qui était devancé in-extremis par Paulle (4e). On pensait le FCR parfaitement lancé. Ce n'était pas vraiment le cas. Ou plutôt, c'était le Cannes d'Albert Emon qui avait manqué son entame de match. Le temps de prendre leurs marques et d'intégrer Robert Malm dont c'était la première sortie sous ses nouvelles couleurs et les Cannois posaient leur patte sur la rencontre. Ceci en utilisant à merveille les pertes de balles haut-normandes pour se projetter très vite vers l'avant. La vivacité de Malm et les appels dans le dos de Béhary et Camara d'Arbaud offraient à plusieurs reprises à Cannes l'occasion de prendre l'avantage au score. Il fallait un Verger une nouvelle fois impérial pour que ça ne soit pas le cas. Le gardien rouennais réalisait d'abord un arrêt exceptionnel devant Arbaud qui le fusillait, seul aux six m (8e) avant de sortir d'une superbe claquette un coup-franc puissant du même Arbaud (12e). Verger voyait ensuite avec bonheur Malm ouvrir trop son pied et manquer le cadre alors qu'il avait, une fois de plus, pris le dessus sur Béhary. Conséquence ou pas de son timide début de rencontre, le défenseur central laissait sa place - blessé - à Henrique.
Peu après, Mourad Badra lobait Gavanon de plus de trente mètres pour ouvrir la marque de manière exceptionnelle (1-0, 20e). Sans doute encore tout retourné par l'exploit de son partenaire Verger cafouillait dans la foulée un centre-tir de Baldé qu'il ne pavenait qu'à détourner sur sa transversalle (21e). La dernière alerte de la première période pour des Rouennais incapables également d'enfoncer le clou. Cela aurait été sévère pour les Cannois. Tout comme l'a été le pénalty sifflé peu après le retour des vestiaires à l'encontre de Nicolas Burel pour avoir pris involaiterement le pied de Baldé dans la surface. Les Rouennais avaient beau protester, le public huer, Arbaud le transformait en prenant Verger à contre-pied (1-1, 58e).
Diochon criait sa colère, les joueurs aussi. Résultat, une fin de match rugueuse où pleuvaient les avertissements tout autant que les occasions de buts. La majorité côté rouennais. Burel d'une jolie frappe (67e) puis surtout Farsanne qui gâchait une belle opportunité dans les six mètres en manquant le cadre (71e) et David dont la tentative de lob obligeait Gavanon à un arrêt du bout des doigts n'étaient pas loin de redonner l'avantage au FCR. Bertin profitant d'une perte de balle stupide de David dans ses vingt mètres (88e) et surtout Karbouchi rattrapé in-extremis par Vignaud dans les seize mètres (90e + 1) n'étaitent pas loin d'en faire de même pour l'AS Cannes. Cela aurait été injuste car, hier, le FC
Rouen valait largement le favori azuréen.
Matthias Rogier


A Rouen, Rouen et Cannes 1 a 1 (1-0)
Arbitre : M. Bastien. Spectateurs : 4293.
Buts pour
Rouen : Badra (20e) ; pour Cannes : Arbaud (58e sp).
Avertissements pour
Rouen : Henrique (52e), Badra (58e), Vignaud (60e) ; pour Cannes : Baldé (63e), Bertin (76e), Vincent (81e).
FC
Rouen : Verger - Louiron, Camara, Béhary puis Henrique (22e), Vignaud - Badra, Ngosso - Farsanne, Sorrentino puis Mayulu (68e), Jouan - Burel puis David (68e).
Entraîneur : Eric Garcin.
AS CANNES : Gavanon - Marie, Gimenez, Di Bartoloméo, Paulle - Karbouchi, Bertin, Milambo, Baldé - Malm puis Vincent (79e), Arbaud puis Haderbache (90e).
Entraîneur : Albert Emon.

Publié dans actualité sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article