Course du figaro: Jean pierre nicol en difficultés!!

Publié le par actu

10.jpg

Comme si les conditions n'étaient pas déjà assez compliquées comme ça, Jean-Pierre a dû faire face à un problème de pilote.
Si les Nicolas Troussel et autres cadors ont estimés que le pilote barrait miex qu'eux dans ces conditions et qu'ils pouvaient ainsi se reposer, JP a du lui passer la nuit à la barre, sans aucune possibilité de se reposer ou d'ammarrer la barre pour changer de voiles, matosser, se nourrir, écouter les infos météos, bref... rester assis à la barre en non-stop est une vraie épreuve pour tout figariste solitaire. Le pilote est le meilleur allié du skipper. Il existe de nombreuses possibilités de problèmes techniques, un problème de pilote est ce qu'il y a de pire.
 
Le moral de Jean-Pierre doit en souffrir, mais son esprit sportif le pousse à rester toujours optimiste et comme il le dit lui même, tant que la ligne d'arrivée n'est pas franchie, rien n'est totalement perdu. Certes, les écarts se creusent et JP à bord de son Gavottes, point à la 51ème position au classement de 8h30, mais quand on voit qu'un Jérémie Beyou a remonté 41 places et qu'un Nicolas Lunven en a remonté 47, on a aussi envie de se dire que tout est possible.
 
Souhaitons à JP d'avoir réparé son pilote, et de garder l'énérgie nécessaire pour ne rien lâcher comme il sait le faire. 
 
Au classement de 11h, JP a déjà gagné 1 place et 1mn sur le leader.. à suivre..
 
Au classement de 16h30, JP est toujours 50ème, mais gagne un peu de terrain. 
 
 
Point sur la météo du jour :
« Le passage du petit front est terminé. Certains sont restés encalminés, d’autres ont contraire ont profité de couloirs de vents plus favorables, notamment dans l’ouest, comme Jérémie Beyou ou Nicolas Lunven. Toute la flotte est maintenant au-dessus de la route directe pour anticiper le refus, c’est à dire le passage du vent au secteur nord. Actuellement, nous avons encore une douzaine de noeuds de nord-ouest sur zone, mais la pluie a cessé, la mer est devenue plus facile et pour l’instant, il n’y a pas de grandes options à prendre : place à la recherche de vitesse. » Le constat du petit matin est signé Jacques Caraës, directeur de course de cette 40e Solitaire du Figaro.
 

Publié dans actualité sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article