Eliès, Lunven, Le Cléac’h, Meilhat… les premiers mots des vainqueurs

Publié le par actu

  Eliès, Lunven, Le Cléac’h, Meilhat… les premiers mots des vainqueurs

A La Corogne, les premiers Figaro Bénéteau viennent de regagner les pontons, où l’on a recueilli les premiers témoignages des quatre grands gagnants de cette première étape de feu : Yann Eliès bien sûr mais aussi Nicolas Lunven, Armel Le Cléac’h et le premier des bizuths, Paul Meilhat. Qu’y a-t-il de commun entre ces quatre marins ? On pourra disserter à l’envie sur l’héritage assumé d’une grande lignée de marins côté Eliès et Lunven, évoquer le Vendée Globe dont deux des héros montent aujourd’hui sur le podium de La Solitaire. On pourrait disséquer encore la course d’un Paul Meilhat au profil davantage marqué régatier et qu’on n’attendait peut-être pas à pareille fête dans une course au large. Et si au final leur seul point commun était le talent ? Donnons-leur plutôt la parole…

Yann Eliès (Generali), vainqueur de l’étape :

Un goût de reviens-y…
« Ce n’est qu’une étape et je ne compte pas m’arrêter là, il faut la savourer, mais j’ai aussi de la suite dans les idées. J’ai envie d’aller au bout, d’aller chercher une victoire. Parce qu’il faut que je la gagne un jour cette Solitaire. C’est ma 5e victoire d’étape, mais il ne faut pas que je m’arrête là ! »
Les sensations retrouvées
« Après le Prologue Suzuki, sur le petit parcours, j’étais un peu inquiet. Mais jeudi au départ de l’étape, j’ai senti quelque chose, que j’avais retrouvé les sensations des régates d’avant. Tout ce que je faisais, ça marchait. Je me suis dit : il faut rester dans ce timing, dans ce feeling et ça va bien se passer. De fait, j’étais aux avant-postes tout le temps.
Retour au sport
« Cette victoire, j’espère que ça va me permettre aussi de passer à autre chose (que son statut de rescapé des mers du sud, ndr). Il y a eu l’épisode du Vendée Globe, mais j’ai aussi une valeur sportive que j’avais avant et que j’ai retrouvée et ça fait du bien aussi de ce côté-là. »
Physiquement…
« J’ai pas mal dormi le premier jour et la nuit dernière au près, car le bateau avançait tout seul. Je me suis offert ces petits luxes de bien dormir mais je ne le regrette pas parce que je suis quand même bien cassé à l’arrivée. D’un point de vue physique, tout va bien. J’ai fait attention quand j’allais à l’avant parce qu’il y avait quand même pas mal de mer. Je n’ai plus l’équilibre que j’avais avant, je suis un peu plus pataud mais j’y arrive quand même. Il suffit de faire les choses simplement. »

Nicolas Lunven (CGPI), 2e à 16’05’’du leader

« Usant »
« Pas facile cette étape ! Fatiguant du début à la fin. Que ce soit les conditions, avec la pétole ou les 25 nœuds au près et le final au largue serré. Il fallait rester vigilant. Yann était déjà dans les premiers à Lorient, et moi plutôt dans les derniers. Lui est resté en tête tout au long de la course alors que moi j’ai grappillé les places les unes après les autres. Il a toujours gardé suffisamment d’avance… »
Les clés de la course
« Je n’ai pas toutes les explications sur cette étape. Même en étant sur l’eau, c’est pas simple. Ca s’est joué à peu de chose. Hier soir, c’était le groupe de Charles Caudrelier Benac qui était en tête, plutôt au nord, moi, je préférais rester à l’intérieur de la route. C’est ce qui a payé. Savoir exactement pourquoi et comment, où se sont fait les écarts, ce n’est pas simple. Je pense aussi que j’allais vite. Ca permet de se sortir de situations délicates par rapport aux petits camarades. C’est pour ça que j’ai réussi à revenir dans le match.
Dans la cour des grands
« C’est mon premier podium d’étape. Devant moi Yann Eliès, derrière moi Armel Le Cléac’h. J’en viendrais à me demander ce que je fais entre les deux… mais je suis content d’y être ! C’est vrai que je me sens à l’aise sur le bateau, dans mes choix, dans mes décisions, dans la vitesse, j’ai progressé dans tous les paramètres du jeu. C’est une satisfaction. On va essayer de continuer sur la même lancée »


Armel Le Cléac’h (Brit Air), 3e à 26’53’’ du leader

Revenu de loin
« Très content de finir troisième à La Corogne surtout que pendant cette première étape, je n’ai jamais vraiment été aux avant-postes. J’ai fait ma course et tout s’est fait cette nuit dans le passage du front. J’ai bien navigué car j’ai réussi à doubler les petits camarades avec qui j’étais et à rattraper ceux qui étaient devant. Je me suis un peu décalé dans l’ouest et j’ai fini sous spi avec du vent fort et ça a payé. Je suis aussi content de finir avec peu d’écart avec Yann. C’était mon objectif en partant de Lorient car je savais que l’étape était piégeuse. »
Satisfait
« Finir troisième, ça fait un podium. La dernière fois que j’ai fait un podium c’était à St Gilles Croix de Vie en 2006, mais à l’époque, les deux premiers avaient 7 heures d’avance ! Là, c’est plus sympa. J’étais en phase avec le bateau. C’est de bon augure pour la suite. Les écarts sont très faibles avec les poursuivants donc on va dire qu’on remet tout à zéro et qu’on repart mardi prochain pour une nouvelle bagarre. »


Paul Meilhat (Domino’s Pizza), 15e et vainqueur du classement Bénéteau des bizuths, à 58’12’’du leader

Fatigué mais heureux…
« Je ne suis pas très en forme car la première nuit a été sans sommeil… et la deuxième aussi ! J’ai eu des problèmes techniques avec mon étai creux et du coup c’était un peu embêtant pour changer les voiles…Donc, oui, je suis un peu fatigué. Mais je suis heureux, ça se termine bien pour moi cette étape. Il faudrait que je regarde les traces parce que j’ai pas tout compris dans ce qu’on fait les autres. La route que j’ai prise, c’était la stratégie à laquelle je pensais au départ. J’ai réussi à mettre en place sur l’eau ce que je voulais faire. Là-dessus, je suis content. Je termine 15ème, à une petite heure de Yann… Mais ce qui est bien c’est qu’il n’y a que des bons clients autour de moi. C’est encourageant d’arriver à les tenir. Ca prouve que je vais bien, notamment en
vitesse. C’est très motivant pour la suite. »

Publié dans actualité sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article