URGENT:Nicolas Sarkozy hospitalisé après un malaise

Publié le par actu

 Nicolas Sarkozy lors d'une séance de footing, le 9 juin 2008.
Nicolas Sarkozy lors d'une séance de footing, le 9 juin 2008. Crédits photo : AFP

Immédiatement pris en charge par son médecin, le président de la République passe actuellement des examens complémentaires.

L'Elysée a annoncé dimanche que Nicolas Sarkozy avait été victime d'un «malaise» alors qu'il faisait du sport ce dimanche. Le chef de l'Etat «a été immédiatement pris en charge par son médecin» et «subit actuellement des examens complémentaires». Dans son communiqué, l'Elysée a assuré que «d'autres informations seront communiquées ultérieurement». Jointe par téléphone, la présidence n'a pas souhaité en dire plus dans l'immédiat.

Selon une source gouvernementale, le chef de l'Etat se trouvait à sa résidence de la Lanterne, à Versailles, lorsque son malaise s'est produit. Selon une autre source, Nicolas Sarkozy pourrait avoir été admis à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce. Une information qui ne pouvait être confirmée dans l'immédiat.

Ses derniers examens médicaux étaient bons

Âgé de 54 ans, le chef de l'Etat a l'habitude de faire du jogging et du vélo. Les dernières informations sur sa santé remontent au 3 juillet dernier quand le service médical de l'Elysée avait annoncé que des examens cardio-vasculaires et sanguins pratiqués sur Nicolas Sarkozy s'étaient révélés «normaux». Ce bref communiqué médical était le deuxième publié par l'Elysée depuis son élection le 6 mai 2007. Le premier, publié le 24 mai 2007, certifiait que son état de santé était «bon et intégralement compatible avec l'exercice de ses fonctions présidentielles».

Pendant la campagne présidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy s'était engagé à la plus grande transparence sur le sujet en promettant de publier régulièrement son bulletin de santé pour rompre avec la pratique de ses prédécesseurs. Mais l'Elysée n'avait pas communiqué lorsque Nicolas Sarkozy avait été hospitalisé dans le plus grand secret le 21 octobre 2007 à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce à Paris. Une «petite intervention à la gorge» confirmée trois mois plus tard par son porte-parole de l'époque, David Martinon.

Publié dans actualité national

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article