Flaubert coupe les ponts

Publié le par actu

Cet été, pour rejoindre l'autoroute de Barentin, c'est passage obligé par le Mont-Riboudet (photo S. Jaume)

ETONNANT.Le pont Flaubert fermé pour travaux tout l'été dans le sens rive gauche vers rive droite : et voilà les bouchons qui repartent de plus belle. Existait-il une autre solution ?

Thibault Mégard fulmine encore : « Mardi dernier en fin de journée, j'ai mis une heure pour traverser la Seine et aller au Petit-Quevilly. Et rebelote au retour. » Comme ce jeune paysagiste, nombreux sont les automobilistes à s'interroger : mais que se passe-t-il sur les routes rouennaises depuis quelques jours ?
Le Mont-Riboudet, les quais rive droite débordent à nouveau. Ça roule au pas sur le pont Guillaume-le-Conquérant, ça s'entasse sur l'avenue Jean-Rondeau. Et ne parlons pas de la Sud III, où voitures et camions s'agglutinent joyeusement.
En plein mois de juillet, cette asphyxie étonne et énerve. D'autant que le pont Flaubert, depuis son ouverture en septembre dernier, avait libéré ces artères encombrées. Oui, mais voilà le sixième pont est fermé à la circulation dans le sens rive gauche vers rive droite pendant deux mois, normalement jusqu'à la fin du mois d'août. Conséquence : tout le monde converge à nouveau vers le centre-ville, et revoilà l'agglomération engluée dans les bouchons.
« Le pont Flaubert fermé pour travaux ? Nous le comprenons et le supportons, même si ça crée des difficultés pour les entreprises », estime, philosophe, le président du comité normand des professionnels du transport, Christian Boulocher. « A peine ouvert et déjà fermé ?, questionne pour sa part Carole Auquier, de l'Automobile club de l'Ouest. Et puis deux mois, ça paraît énorme. »


Enorme mais indispensable à la bonne marche du chantier mené jusqu'à début septembre à l'entrée de l'autoroute de Barentin (A 150), rive droite, sur la chaussée qui enjambe le MIN. Et alors, direz-vous, quel rapport avec le pont Flaubert ? «A cet endroit, il y a deux flux de voitures : les gens arrivent soit du pont Flaubert, soit du Mont-Riboudet, explique Pascal Gabet, monsieur routes à la Direction interdépartementale des routes Nord-Ouest. En raison des travaux, nous devons basculer la circulation sur une seule voie. Or, d'un point de vue sécurité, il était impossible de continuer à faire converger les deux flux. Il a fallu choisir. »
Restait pourtant la possibilité de fermer l'accès à l'autoroute par le Mont-Riboudet, et non par le pont Flaubert. Le spécialiste de la route l'avoue, l'hésitation fut grande. « Nous avons pesé le pour et le contre de chacune des deux solutions qui, quoi que nous décidions, occasionnait de la gêne. Mais, étant donné que nous allons devoir fermer totalement le pont Flaubert quelques jours en août pour lever les tabliers, nous avons choisi l'option fermeture partielle du pont Flaubert. » Automobilistes, il faudra donc prendre votre mal en patience.

Publié dans actualité national

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article