L'armée indienne sur les Champs Elysées pour le 14 juillet

Publié le par actu

 PARIS - L'armée indienne défilera pour la première fois hors de ses frontières mardi sur les Champs Elysées à Paris, avec 400 soldats qui ouvriront le traditionnel défilé du 14 juillet, en présence du Premier ministre indien, Manmohan Singh.

 

Répétition des soldats indiens le 11 juillet 2009 sur les Champs Elysés avant le défilé du 14 juillet

Invitée d'honneur de cette édition, l'Inde a envoyé à Paris des militaires des trois armes, dont l'un de ses plus anciens régiments d'infanterie, celui de Maratha (état du Maharashtra, ouest) créé en 1768, qui s'était déployé en Europe durant la deuxième guerre mondiale, lors de la campagne d'Italie.

Dans des tenues inspirées de celles de l'ancienne puissance coloniale britannique, au son d'une musique "moins martiale" mais d'un pas "plus rapide" que ceux des troupes françaises, les militaires indiens ont fait "forte impression" lors des répétitions, selon un gradé français.

En recevant pour la première fois des militaires indiens, Paris veut "très clairement" marquer "la relation forte" qui l'unit à l'Inde, avance le porte-parole du ministère de la Défense, Laurent Teisseire.

Nicolas Sarkozy avait été en janvier 2008 l'invité d'honneur à New Delhi de la parade militaire de la fête de la République indienne. Lors de cette visite, les deux pays avaient renouvelé le "partenariat stratégique" qui les lie depuis 1998.

L'Elysée souligne d'ailleurs que cette invitation doit "mettre à l'honneur le partenariat stratégique" et que Paris "reconnaît à l'Inde un rôle de tout premier plan sur la scène internationale, et soutient la candidature de l'Inde à un siège de membre permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies". Paris souhaite également un élargissement du G8 aux grands pays émergents, notamment l'Inde.

La France est le troisième fournisseur d'équipements de défense à l'Inde, derrière Israël et la Russie et a notamment vendu en 2005 à New Delhi six sous-marins franco-espagnols Scorpène équipés de 36 missiles pour 2,4 milliards de dollars. Un premier submersible est en construction à Bombay depuis décembre 2006.

L'avion Rafale de Dassault Aviation est dans la course pour un appel d'offres de 12 milliards de dollars lancé par l'Inde pour 126 chasseurs, une compétition dans laquelle semblent toutefois courir en tête les compagnies américaines Boeing et Lockheed Martin.

En matière de coopération militaire, les forces navales française et indienne viennent d'achever un exercice conjoint au large de la Bretagne, et des soldats des deux pays sont engagés au Liban sud, dans la Finul.

Du côté des troupes françaises, le choix a été fait de mettre à l'honneur des unités de retour d'opérations extérieures (Kosovo, Tchad, Liban, Afghanistan, Côte d'Ivoire, en mer au large de la Somalie) ou ayant participé sur le territoire national à des interventions de secours (tempête Klaus).

Parmi les nouveautés, certains matériels militaires défileront pour la première fois, comme le véhicule blindé de combat d'infanterie Nexter, actuellement en expérimentation, ou le nouveau canon Caesar, d'une portée de 42 km, dont huit unités doivent être déployées sur le territoire afghan.

Autre innovation : la cavalerie de la Garde républicaine exécutera un carrousel, ce qui a nécessité le déploiement d'un tapis de bitume provisoire sur la place de la Concorde. "Les chevaux se blessaient avec les pavés", explique Philippe Schmitt, responsable communication de la "région Terre Ile-de-France", organisatrice du défilé.

Et comme l'année dernière, des parachutistes sauteront sur Paris en guise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article