ARRIVER EN FRANCE DE LA SEULE RESCAPER DU VOL A310

Publié le par actu

PARIS - La seule rescapée de l'accident de l'Airbus A310-300 de Yemenia au large des Comores a été rapatriée jeudi matin à Paris, a constaté un journaliste de Reuters sur place.


 

 

Bahia, l'adolescente de 14 ans rescapée de l'accident de l'Airbus A310-300 de Yemenia au large des Comores, a été rapatriée jeudi matin à Paris où, après avoir retrouvé son père, elle a été transférée en ambulance vers un hôpital de la capitale. (Reuters/Benoît Tessier)

L'adolescente de 14 ans, qui a des coupures au visage et une clavicule cassée, a été hospitalisée dans un établissement parisien.

Le père de Bahia Bakari, qui a perdu son épouse dans l'accident, attendait sa fille dans un hangar de l'aéroport du Bourget.

"Je suis partagé entre soulagement et chagrin. Je vois ma fille, je suis heureux mais il y a aussi sa maman qui n'est pas là", a-t-il déclaré à la presse.

Originaire de Corbeil-Essonnes, près de Paris, Bahia a été rapatriée à bord d'un Falcon ramenant en France le secrétaire d'Etat à la Coopération Alain Joyandet et qui s'est posé vers 08h00 à l'aéroport du Bourget.

Le secrétaire d'Etat s'était rendu à Moroni, aux Comores, après la catastrophe, pour témoigner de la solidarité de la France, qui a engagé des moyens pour participer aux recherches des débris de l'appareil et des boîtes noires.

L'accident a fait 152 morts, dont 66 Français.

Bahia "est dans un état physique tout à fait surprenant", a déclaré Alain Joyandet sur i-Télé, saluant le "courage" de la jeune fille.

Elle serait "restée accrochée pendant 12 heures à un débris d'avion" avant de faire signe à un bateau des secours qui passait.

Le secrétaire d'Etat à la Coopération a souligné à son retour à Paris qu'il était encore trop tôt pour parler des causes de l'accident, survenu dans la nuit de lundi à mardi.

La France a envoyé du matériel supplémentaire pour récupérer les boîtes noires, a-t-il précisé.

Publié dans actualité national

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article