Tour de France 2009 : A qui le Tour ?

Publié le par actu

La 96ème édition du Tour de France qui débute samedi 4 juillet ne manque ni d’exotisme, ni de difficultés. 21 étapes et trois semaines de course qui s’annoncent passionnantes. Mais avant cela, présentation.

Un parcours de 3 450 km semé d’embûches

France bien sûr, mais aussi, Monaco, Espagne, Italie, Suisse ou encore Andorre, les coureurs vont voyager cette année. Autant de pays (ou principautés) visités, autant de situations différentes auxquelles ils vont devoir s’adapter.

 

 

Le parcours - (Source : letour.fr)

 

Au-delà du dépaysement – le contre la montre de 15km dans les rues de Monaco est un apéritif fort coûteux goûteux - les obstacles seront nombreux.

De nombreux juges de paix

Les coureurs vont devoir affronter quelques monstres sacrés. Et dire que la redoutable montée de l’Arcalis à 2240 m (10,6 km à 6,1%) lors de la 7ème étape, la plus longue du tour (224 km) ne sera qu’une mise en bouche. Suivront notamment le Tourmalet et ses 2115 m d'altitude (7 km à 7,5%) lors d’une 9ème étape dont l’arrivée sera jugée à Tarbes ou le Mont Ventoux affichant 1912 m (21,2 km à 7,6%) lors d’une avant-dernière étape, qui pourrait être déterminante.

Mais ce n’est point tout : d’autres étapes présentent des cols ou autres côtes qui pourraient bouleverser le classement général. Dès la 7ème étape et avant la montée vers Arcalis, c’est le port d'Oliana, (1160 m d'altitude et 7,7 km de montée à 7,1% de pente) qui s’offrira aux coureurs. La 8ème étape qui emmènera ces derniers jusqu’à Saint-Girons présentent trois élévations notables : le port d'Envalira, (2407 m et 23,2 km à 5,1%) ; le col de Port, (1249 m et 11,4 km à 5,5%) et le col d'Agnes, (1570 m 12,4 km à 6,5%). Lors de la 9ème étape, ce sera le col d’Aspin (1490 m et 12 km à 6,6%) au menu avant le Tourmalet. Lors de la 13ème étape, s’enchaîneront les cols de la Schlucht, (1139 m et 8,9 km à 4,1%), de Platzerwasel, (1193 m et 8,7 km à 7,6%) et du Firstplan, (722 m et 8,4 km à 5,4 %).

Après les 15ème et 16ème étapes menant à Verbier pour l’une, à Bourg-Saint-Maurice pour l’autre, et après avoir respectivement englouti le col des Mosses, (1445 m et 13,8 km à 4%) et la montée de Verbier, (1468 m et 8,8 km à 7,1%) puis le plus haut sommet de ce tour, le col du Grand Saint-Bernard, (2473 m et 24,4 km à 6,2%) et le col de Petit Saint-Bernard, 2184 m (22,6 km à 5,1%), les coureurs vont affronter une 17ème étape menant vers le Grand-Bornand, absolument dantesque avec  le Cormet de Roselend, (1968 m et 18 km à 6,1%) ; le col des Saisies, (1650 m et 15,1 km à 6%) ; la côte d'Arâches, (964 m et 6,3 km à 7%) ; le col de Romme, (1295 m 8,8 km à 8,9%) et le col de la Colombière, (1618 m 7,5 km à 8,5%).

Au total, ce sont donc 20 difficultés majeures (cols HC, de 1ère et de 2ème catégories) qui attendent le peloton de ce Tour 2009 dont 3 arrivées en altitude : à Andorre Arcalis, le 10 juillet lors de la 7ème étape ; à Verbier, le 19 juillet lors de la 15ème étape et au Mont Ventoux, le 25 juillet lors de la 20ème étape. Qui dit mieux ?

 

Montage : Le profil des trois étapes où l'arrivée est en altitude (Source : letour.fr)

 

 

 

 

Une chose est sûre : il va y avoir du sport !

Car les difficultés vont arriver rapidement : dès la fin de la première semaine pour un tour qui passe par les Pyrénées avant de franchir les Alpes.

Autres étapes à cocher et qui pourraient peut-être bousculer la hiérarchie établie : le contre-la- montre par équipes de 38 km, le 7 juillet à Montpellier dès la 4ème étape, et le contre-la-montre individuel de 40 km à Annecy, le 23 juillet lors de la 18ème étape.

 

 

Autrement dit, les deux journées de repos : à Limoges, le 13 juillet et à Verbier, en Suisse, le 20 juillet, seront les bienvenues.

Les favoris

Les prétendants au maillot jaune

 

Alberto Contador est LE grand favori de ce tour qu’il a déjà remporté en 2007. Il est actuellement le meilleur coureur du monde sur les courses à étapes puisqu’il a également remporté le Giro et le Tour d’Espagne en 2008. Derrière lui, il faudra compter sur Lance Armstrong (12ème du Giro d’Italie après une fracture de la clavicule !) qui a déjà annoncé non seulement qu’il voulait mais surtout qu’il pouvait gagner le Tour. Il faut dire que s'il retrouve son niveau d'avant-retraite, peu de coureurs pourront l'inquiéter :

 

 

Vidéo postée sur dailymotion par Ferrero93


Le septuple vainqueur de l’épreuve sera donc LA grande attraction de cette année.

 

Reste à savoir si Contador et Armstrong, qui n’entretiennent aucune relation, parviendront à cohabiter ensemble.

 

Lance Armstrong


Pour les aider dans leur quête, l’équipe Astana a mis le paquet : Andreas Klöden, Levi Leipheimer, Yaroslav Popovych et Haimar Zubeldia, soient quatre coureurs, quatre équipiers de luxe qui seraient leader dans n’importe quelle autre formation. Aucune autre équipe ne peut rivaliser. Aucune, si ce n’est peut-être…l’équipe Saxo Bank, mais dans une moindre mesure. Une équipe costaude avec de gros rouleurs comme Jens Voigt, Arvesen ou O’Grady. Mais lorsque la route s’élèvera, il n’y aura guère que les frères Schleck : Andy (qui visera aussi un second maillot blanc du meilleur jeune (- de 25 ans) après celui de l’an dernier) et Franck, pour tenter de suivre les Astana.

Car un autre favori en la personne de l’Espagnol Carlos Sastre, récent 4ème du Giro (vainqueur de deux étapes), a quitté la Saxo Bank pour la Cervélo. Ce dernier, après avoir collectionné les podiums, a enfin remporté un Grand Tour l’an dernier puisqu’il est le tenant du titre. Mais il sera bien seul cette année, l’Australien Simon Gerrans n’ayant pas été retenu par son équipe.

Les principales menaces pour le duo Contador – Armstrong pourraient davantage venir de Denis Menchov (Rabobank) et de Cadel Evans (Silence). Le premier, vainqueur du Giro d’Italie cette année et de la Vuelta (2005, 2007), pourrait être fort motivé à l’idée de remporter le seul grand tour qui lui manque. Il avait terminé 4ème du Tour de France l’an dernier. Cadel Evans a, quant à lui, terminé deuxième des deux dernières éditions. Deuxième, c’était aussi sa place sur le récent Dauphiné Libéré. Va t-il enfin franchir la dernière marche ? L’Australien pourra s’appuyer sur Thomas Dekker, qui n’a pas encore confirmé tout le bien qu’on pense de lui. Et bien non puisque le coureur néerlandais vient d'être suspendu par sa formation pour un contrôle positif rétroactif, échantillon datant de l'époque où il courait pour Rabobank. ça commence bien...

Dans une moindre mesure, on peut citer le triple champion du c-l-m Michael Rogers et le Luxembourgeois Kim Kirchen de l’équipe Columbia ; l’Américain de Garmin Christian Vande Velde ; le Russe de chez Katusha Vladimir Karpets, 2ème du Tour de Romandie cette année et 14ème du tour en 2007 (son meilleur classement) ; le Tchèque de chez Liquigas Roman Kreuziger, 13ème l’an dernier, vainqueur du Tour de Suisse 2008, et du Tour de Romandie 2009, future grande star annoncée et candidat au maillot blanc de meilleur jeune ainsi que ses compagnons italiens, Vincenzo Nibali, 20ème du Tour l’an dernier et 7ème sur le récent Dauphiné, lui-aussi candidat au maillot blanc, et Franco Pellizotti, 3ème du Giro 2009 ; le Néerlandais Robert Gesink, qui participera à son premier tour sous les couleurs de la Rabobank, sera à surveiller de près. A 23 ans, il visera également le maillot blanc ; l’Italien Marzio Bruseghin de la Lampre, 3ème du Giro 2008 ; l’Espagnol Oscar Perreiro Sio (Caisse d’Epargne), vainqueur du Tour 2006 ; l’Allemand de Milram, Marcus Fothen ; ou encore le Belge de chez Quick Step, Stijn Devolder et éventuellement le basque d’Euskaltel Mikel Astarloza

Du côté de l’AG2R, il faudra compter sur les Français Cyril Dessel et Stéphane Goubert, peut-être les deux meilleures chances françaises et sur le Russe Vladimir Efimkin.

Les absences notables : Alejandro Valverde de la Caisse d’Epargne, pourtant récent vainqueur du Dauphiné, mais suspendu 2 ans par le Comité olympique italien pour son implication présumée dans l’affaire Puerto ; Ivan Basso de chez Liquigas, qui revient d’une suspension pour dopage et qui n’était pas vraiment désiré- il se prépare pour le Tour d’Espagne et Damiano Cunego de chez Lampre.

Les prétendants au maillot vert

Boonen (probablement) et McEwen absents, qui pourra battre Mark Cavendish, quadruple vainqueur d’étape l’an dernier ? Son équipe Columbia possède de gros rouleurs. C’est en outre, la meilleure du plateau en terme de victoires (49 victoires cette saison dont 6 étapes sur le récent Tour de Suisse à mettre à l’actif de 5 coureurs différents), une équipe très homogène.

 

Mark Cavendish sur le Tour de France



Le Britannique devra néanmoins se méfier du Norvégien Thor Hushovd (Cervélo), d’Oscar Freire (Rabobank), maillot vert 2008, et de l’Allemand Heinrich Haussler, qui a remporté cette année une étape sur le Giro et qui fut 2ème du Milan-San Remo, sans oublier le sprinteur italien de l’équipe Katusha, Danilo Napolitano ou l’Australien de chez Saxo Bank, Stuart O’Grady.

Et pourquoi pas le Français Romain Feuillu (Agritubel) ?

Et côté français ?

12 ans qu’un Français n’est plus monté sur le podium du Tour : c’était Richard Virenque qui avait terminé 2ème en 1997, derrière l’Allemand Ian Ullrich. Qui pour combler le vide cette année ? Pas grand monde.

Outre Cyril Dessel et Stéphane Goubert qui peuvent viser le classement général, les Français se concentreront surtout sur les victoires d’étapes. Chez Bouygues, Pierrick Fédrigo (vainqueur d’étape en 2006) et Thomas Voeckler (maillot jaune sur le Tour 2004) tenteront d’apporter une seconde victoire sur le Tour au palmarès de l’équipe de Jean-René Bernaudeau. Christophe Moreau (Agritubel), qui n’a plus vraiment les jambes pour jouer le général, tentera peut-être de remporter une victoire de prestige ou le maillot à pois, tel un Jalabert à l’époque. En montagne, on pourrait également voir David Moncoutié (Cofidis) vainqueur d’étape sur le Dauphiné et pourquoi pas Sandy Casar (La Française des jeux). Sylvain Chavanel (Quick Step), vainqueur pour la première fois d’une étape l’an dernier avec Cofidis tentera la passe de deux. Il pourra compter sur son coéquipier « Belge » Jérôme Pineau.

 

Alberto ContadorIl faudra attendre un peu pour voir le drapeau bleu-blanc-rouge sur les Champs...

 

Dimitri Champion, récent champion de France sur route ne sera pas sur le Tour. Son équipe, Bretagne- Schuller, n’a pas été invitée. Le champion de France du c-l-m Jean Christophe Péraud, sera également absent, car il est pensionnaire du club amateur du Creusot. Il n’y aura donc aucun maillot bleu, blanc, rouge sur le Tour.

Le saviez-vous ?

Il y a huit villes-étapes inédites sur ce Tour 2009 : Brignoles, Gérone, Issoudun, Saint-Fargeau, Vatan, Tonnerre, Verbier et Martigny. Notons que Saint-Fargeau et ses 1800 habitants font figure de petit poucet.

Il n’y aura pas de bonifications en temps attribuées lors des arrivées, pas plus que pour le contre-la-montre par équipes.

Les oreillettes des coureurs ne seront pas utilisables lors de deux étapes de ce Tour de France 2009 : celle menant à Issoudun (14 juillet), sur un parcours de plaine, et celle menant à Colmar (17 juillet) sur un parcours de moyenne montagne. Une suppression totale pourrait suivre. Mais les directeurs sportifs ne l’entendent pas de cette oreille.

Publié dans actualité sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article