Ahmadinejad réélu

Publié le par actu

Mahmoud Ahmadinejad
Agrandir l'image

Crédit Photo : REUTERS

Mahmoud Ahmadinejad


 le président sortant est crédité  de 64,88% des voix. Son principal rival crie à la manipulation.

 

 

 

Le président sortant Mahmoud Ahmadinejad filait vers la réélection à l'issue du scrutin présidentiel de vendredi en Iran,  selon les résultats , fournis par les  autorités au lendemain d'une journée de mobilisation inédite. Ahmadinejad est crédité de 64,88%, selon le président de la  commission électorale au ministère de l'Intérieur, Kamran Daneshjoo, qui a  précisé que les votes comptabilisés jusque-là concernaient l'ensemble du pays. Son principal rival, le conservateur modéré Mir Hossein Moussavi, qui avait clamé sa victoire à la clôture du scrutin, obtenait 32,6%.

Depuis l'annonce des premiers résultats partiels le ministère n'a fourni aucun chiffre sur le taux de participation. Mais le niveau de participation ira jusqu'à plus de 36 millions de votes, soit un taux  de 75% à 82%. Le président ultraconservateur possédait plus de 9,5 millions de voix d'avance (18,787,766 contre 9,269,998). "La différence entre le nombre de votes obtenus par Ahmadinejad et ceux recueillis par ses rivaux est telle que tout doute sur sa victoire sera interprété comme une forme d'humour par l'opinion publique", a déclaré son directeur  de campagne. Il a aussi ridiculisé l'annonce de M. Moussavi, en estimant que "l'annonce théâtrale d'une victoire par ceux qui ont perdu l'élection est le  dernier épisode d'un projet de propagande irréelle et négative mené depuis trois mois". Mir Hossein Moussavi et ses partisans ont dénoncé une manipulation du scrutin et des violations dans son déroulement, alors que la participation record constatée par les autorités était censée favoriser sa candidature.

"Nos QG ont été attaqués"

Des supporteurs se sont rendus dans les rues de Téhéran au milieu de la nuit  pour célébrer la victoire. Mahmoud Ahmadinejad "est un génie", clamaient certains. "Je suis heureux de  la victoire de mon candidat. Il aide les pauvres et attrape les voleurs", expliquait l'un d'eux. Les deux autres candidats, le réformateur Mehdi Karoubi et le conservateur  Mohsen Rezaï, obtenaient moins de 2% chacun (respectivement 0,88% et 2,3%). Le résultat officiel doit être annoncé samedi matin par le ministère de  l'Intérieur. Pour être élu au premier tour, tout candidat devait obtenir au moins 50%  plus une voix.

Après l'annonce de la fermeture des bureaux de vote, en soirée, M. Moussavi avait revendiqué une large victoire. Mais, peu après, l'agence officielle Irna avait annoncé un net succès de
Mahmoud Ahmadinejad. Dans le communiqué M. Moussavi a par ailleurs affirmé que  ses équipes avaient "constaté dans certaines villes comme Shiraz, Ispahan et  Téhéran un nombre insuffisant de bulletins de vote". "Certains de nos QG ont été attaqués. Je poursuivrai, avec le soutien du  peuple, les personnes à l'origine de ces actes illégaux", a-t-il assuré.

La campagne électorale s'est déroulée dans un climat acerbe entre candidats  mais aussi dans une atmosphère festive, à un niveau jamais vu en 30 ans de  République islamique. Elle a aussi reflété des divisions profondes sur l'avenir de l'Iran après  quatre ans de mandat Ahmadinejad. Les adversaires du président ont notamment critiqué sa rhétorique dure sur  la crise du nucléaire et sur Israël, qui a contribué à l'isolement du pays.

D'après agence

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article