ELECTION PRESIDENTIELLE EN IRAN

Publié le par actu



46 millions d'Iraniens sont appelés à voter ce vendredi. Une participation record est attendue. Les opposants au président sortant, Mahmoud Ahmadinejad, craignent néanmoins des fraudes.

Les Iraniens ont commencé à voter ce vendredi à l'occasion du premier tour de l'élection présidentielle qui oppose le chef de l'Etat sortant, l'ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad, à trois autres candidats.

Les bureaux de vote ont ouvert à 08h00 (03h30 GMT) et une forte participation est attendue pour ce scrutin auquel sont appelés quelque 46 millions d'électeurs.

La télévision publique iranienne a montré des images d'électeurs faisant la queue devant les bureaux de vote et a précisé qu'une participation record était probable.

Le principal rival du président sortant semble être le "modéré" Mirhossein Moussavi, soutenu par les réformateurs. L'ancien président réformateur du Parlement, Mehdi Karoubi, et l'ancien chef des Gardiens de la Révolution Mohsen Rezaï sont également candidats.

Les premiers résultats devraient être connus samedi. Si aucun des quatre candidats n'obtient plus de 50% des voix vendredi, les deux prétendants arrivés en tête s'affronteront lors d'un second tour prévu le 19 juin.

Devoir électoral

L'ayatollah Ali Khamenei, le "guide spirituel" de la république islamique, a placé son bulletin dans l'urne et a appelé ses compatriotes à participer à cette élection.

"Chacun va venir et voter en fonction de ses convictions", a déclaré Khamenei devant les caméras de la télévision.

Le chef religieux a souhaité que les Iraniens ne tardent pas à accomplir leur devoir électoral et il a mis en garde ceux qui seraient tentés de provoquer des incidents dans les bureaux de vote.

"Si certains veulent alimenter les tensions, les gens ne doivent pas les laisser faire", a-t-il indiqué.

Les opposants à Ahmadinedjad ont appelé le ministère de l'Intérieur mais également l'ayatollah Khamenei à s'assurer qu'il n'y ait pas de fraudes.

"J'ai des inquiétudes.... et nous avons préparé nos partisans pour surveiller cette élection", a affirmé Karoubi.

De son côté, le président sortant a exclu toute possibilité d'irrégularité, les représentants des différents candidats étant autorisés à être présents comme témoins dans chacun des 45.000 bureaux répartis sur le territoire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article