Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

30ème ce matin à la pointe Bretagne, le jeu reste très ouvert

Publié le par actu

crédit : Jean-Christophe Marmara

Mise à jour à 11h42 : Au passage du raz de Sein, le voilier « Bernard Controls » progresse à la  25ème place à 3.7 milles du nouveau leader Armel Le Cleac’h (Brit Air). DEux groupes se sont formés; Jean-Pierre avec une grande partie de la flotte a choisi de passer entre l’ile de Sein et la pointe du Raz alors qu’une poignée de figaristes menés par Yoann Richomme (DLBC) sont passés au large de Sein.

 

JP est pointé à la 30ème position à 8h30 ce matin, à 3.8 milles de François Gabart (Skipper Macif 2010), leader de la flotte. Les écarts sont encore très faibles alors qu’il reste encore plus de la moitié du parcours à parcourir (283 Milles). Le « yoyo » incessant des positions devrait relativement se calmer dès lors que les solitaires quitteront les côtes finistériennes pour s’attaquer à la traversée du si renommé Golfe de Gascogne. Le match s’annonce intense jusqu’au bout alors que la fatigue va commencer à parler et que les faibles vents attendus en soirée vont nécessiter la plus grande vigilance des marins.. Rendez-vous à la mi-journée pour le prochain pointage.



Forêt de spis à la pointe de Bretagne

(Article de lasolitaire.com)

 « Sublime spectacle, cette fin de nuit à la pointe de Bretagne. Le phare du Four salue une flotte regroupée qui embouque le chenal éponyme sous spi, dans du vent de nord-ouest faible mais enfin portant. Armel Le Cléac’h fait l’éclaireur devant le bizuth Yoann Richomme et Jérémie Beyou.

Nous voici à la fin de la terre, aux premières lueurs de l’aube. L’éclat du Four semble être un projecteur-poursuite installé là pour accentuer l’effet théâtral. La pleine lune guide les étraves en faisant scintiller une mer gris acier, à peine animée d’une houle miniature. Les contours sombres des récifs rappellent que mieux vaut être ici dans des conditions légères que l’inverse. Devant, derrière, autour, partout, des loupiotes. Quarante-cinq. On s’attend à entendre une voix céleste : « mesdames et messieurs, voici les Figaristes, applaudissements s’il vous plaît. » Honnêtement, on ne connaît pas beaucoup d’endroits aussi sublimes pour naviguer. Bientôt nous aurons droit à Molène, à Sein… mais n’anticipons pas.

A contre-courant, on embouque donc le chenal du Four dans des conditions de demoiselle. La grande nouvelle est que les spis ont fleuri. Le vent de Nord-Ouest tant attendu est enfin là, depuis 4h ce matin. Et même faible (7 noeuds), c’est un bonheur de marin, après tout ce près. « Avec tout le jeu qu’il y a eu sur la côte nord, notamment en baie de Morlaix, puis sous l’effet de la renverse de courant, il y a eu un resserrement très net de la flotte », confirme Jacques Caraës, directeur de course. A la vacation tout à l’heure, on sentait d’ailleurs les marins presque rassurés. De fait, personne n’a réellement hypothéqué ses chances : ce matin les trente premiers tiennent en trois petits milles… soit 1% de la distance restant à couvrir d’ici à Gijón pour la tête de flotte. Les positions ont valsé, mais absolument rien n’est joué.

Un bizuth entre deux « ex » en tête

Un pour qui c’est Noël aujourd’hui, s’appelle Yoann Richomme (DLBC). Il est bizuth. Il est deuxième. Entre deux récents vainqueurs de La Solitaire. Chapeau, l’artiste. Juste devant lui, à 300 mètres, l’homme de tête s’appelle Armel Le Cléac’h (Brit Air). Juste derrière, à 1 mille, son poursuivant immédiat s’appelle Jérémie Beyou (BPI). Yoann ce matin est entre deux monstres. Deux vainqueurs de La Solitaire, deux héros du Vendée Globe aussi. Il y a de quoi être impressionné, mais ce n’est visiblement pas le genre de la solide maison Richomme.

L’échouage du Figaro de Yann Eliès hier soir (lire communiqué précédent) n’est plus qu’un mauvais souvenir. Yann est même dixième ce matin. Entre lui et le trio de tête, on trouve ceux qui ont le mieux tricoté à terre dans les cailloux de la belle Bretagne nord : Corentin Douguet (E.Leclerc Mobile, 4e), Damien Cloarec (Port de Plaisance Roscoff, 5e) encore un bizuth ! Puis Erwan Tabarly (Nacarat, 6e) à 1,5 milles de Brit Air et à égalité à ce titre avec Ronan Treussart (Lufthansa, 7e), Jeanne Grégoire (Banque Populaire, 8e) et Laurent Pellecuer (Arnolfini.fr, 9e). Voici donc les dix éclaireurs ce matin qui luttent contre le courant dans le chenal du Four. Mais tous sont revenus dans le match et tant mieux pour le suspense de cet Acte II autour du Finistère. Un dernier coup d’oeil sur le pont. Le jour se lève. Une forêt de voiles-ballons danse. Maman c’est beau les petits bateaux.

Publié dans actualité sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article